1 DEC
☞ MIDI DE LA POÉSIE
↘ La Bellone
Rencontre et lectures

» Réserver

☞ Réserver - Dec. 1, 2020, 12H40
places
évènements19.jpg

Géographie du vivant

6 euros / 3 euros (étudiant•e•s).

Avec le soutien de l’Alliance française Bruxelles-Europe

Réservations : mailto:info@midisdelapoesie.be

Située au croisement de la littérature, de l’écologie et de l’éthologie, l'écopoétique se propose d’examiner la relation entre littérature et environnement naturel. Une manière de repenser le vivant, de le réparer aussi... Maylis de Kerangal et Nastassja Martin écrivent des récits et des romans. Et toutes deux les publient aux éditions Verticales. Dans leurs livres, où l'on croit aux fauves, où l'on repeint des mondes, les géographies s'explorent, poreuses, entre intime et dehors, humain et non-humain. Comment les lieux entrent-ils en nous ? Comment les modifions-nous ? Rencontre avec deux autrices exceptionnelles, sur leur terrain de prédilection : l'écriture. Où penser le monde sensible signifie d'abord peut-être le ressaisir par les mots.

Nastassja Martin (1986) est anthropologue, diplômée de l'EHSS et spécialiste des populations arctiques.

Après un essai intitulé « Les âmes sauvages. Face à l’occident, la résistance d’un peuple d’Alaska », elle publie « Croire aux fauves », le récit impressionnant de sa rencontre avec un ours dans les montagnes du Kamtchatka. Un roman plébiscité par le public et couronné du prix François Sommer 2020.

Née en 1967, Maylis de Kerangal a publié cinq romans chez Verticales, dont « Naissance d’un pont » (2010) qui obtient le Médicis. « Réparer les vivants » (2014), adapté au cinéma et deux fois au théâtre, couronné par de nombreux prix, est le roman qui la révèle au grand public. Après notamment « A ce stade de la nuit » (2014) et « Un chemin de table » (2016), elle est revenue au roman en 2018 avec « Un monde à portée de main ».

Critique littéraire et journaliste culturelle, Ysaline Parisis fait sa vie dans les lettres. Elle a notamment œuvré à la rtbf et au vif/l’express.

«

Événement précédent
Hors les murs : L'ours Kintsugi