8 NOV
☞ MIDI DE LA POÉSIE
↘ Rideau de Bruxelles
Lecture-Spectacle

» Réserver

☞ Réserver - Nov. 8, 2020, 12H40
places
évènements12.jpg

A night with Toni Morrison and friends

6 € / 4 € (étudiant•e•s)

Conception : Sarah Diedro & Priscilla Adade

En co-production avec PRYSM

Réservations : https://www.rideaudebruxelles.be/projects/a-night-with-toni-morrison-and-friends-2020-2021/?pr=10929

Soirée et Midi de la Poésie

dimanche 17h30-18h40 | mardi 12h40-13h30

Ambiance : Imaginez un soir d’hiver, posé•e dans le canapé, cheminée allumée, une tasse de thé, de chai latte ou une coupe de champagne en main. Au loin, Aretha et Louis murmurent leurs mots d’amour, vous êtes bien. Vous parcourez votre bibliothèque et tombez sur un livre poussiéreux encore jamais ouvert. Vous le prenez, le dépoussiérez d’un geste de la main et vous l’ouvrez, « Toni Morrison : Sula ». Toni Morrison, au-delà d’être l’une des plus grandes écrivaines de notre temps, était une femme qui prônait l’amour de soi, l’amour de soi en tant que femme, l’amour de soi en tant que femme noire. Elle a inspiré et continue d’inspirer des générations de femmes et d’hommes noir•e•s ou pas, jeunes ou moins jeunes. Elle a ouvert la voie et mis la lumière sur les personnes oubliées, et invisibilisées de la société américaine. À l’occasion du premier anniversaire de son décès, nous souhaitons honorer cette grande dame, ses écrits, son histoire et ses combats. Comme elle nous incitait à le faire, nous souhaitons nous aussi prôner l’amour de soi, l’amour et la fierté d’être des femmes, des femmes noires. Nous souhaitons aussi ouvrir la voix et faire résonner les textes d’autres femmes poétesses et écrivaines noires encore bien trop oubliées, instrumentalisées et invisibilisées comme Sonia Sanchez, Angela Davis, Mariam Bâ... Tout cela baigné dans de la musique, dans une atmosphère de recueillement et de célébration, telle une cérémonie de mémoire, d’hommage à notre dear auntie Toni et ses amies.

Priscilla Adade : Après avoir fait des études de droit et American studies à l’université de Sussex, en Angleterre et aux États-Unis, Priscilla Adade revient à son premier amour : le théâtre. Elle l’étudie d’abord au Cours Florent à Paris où elle devient lauréate des prix Lesley Chatterley & Olga Horstig. Bilingue, elle décide de poursuivre sa formation en Angleterre et intègre la prestigieuse Lamda à Londres. Elle commence en parallèle sa carrière, tout d’abord au cinéma dans les films de Charlotte de Turckheim « mince, alors ! », de Dany Boon « supercondriaque »

et d’Alexandra Leclerc « le grand partage » où elle partage l’affiche avec Didier Bourdon, Karin Viard et Anémone, entre autres. En Angleterre c’est dans la série de

la BBC « Casualty » qu’elle fera ses débuts, sur les planches du festival d’Édimbourg et dans la production « Exhibit B» de Brett Bailey. En 2015, après treize ans de pérégrinations à l’étranger, elle rentre en Belgique où elle joue dans différentes productions : Louise dans « Botala Mindele » de Rémi De Vos, mis en scène par Frédéric Dussenne (nominée meilleur espoir féminin, prix de la Critique 2018), Else dans « Yvan & Else » de et mis en scène par Laurent Plumhans et « La putain respectueuse/la putain irrespectueuse » mis en scène par Philippe Sireuil. Lors de la fermeture des théâtres en 2020, elle répétait « Fire will become ashes, but not now » mis en scène par Pitcho Womba Konga & Mike Van Alfen qui sera repris en 2021 au KVS. Forte de son expérience professionnelle riche et variée et à l’aise dans divers domaines, elle fonde son entreprise sociale PRYSM, qui a pour objectif de mettre des femmes sous les projecteurs à travers différents projets et médias.

Sarah Diedro Jordão : Née en France de parents angolais et ivoiriens,

elle vit à Bruxelles depuis 3 ans après avoir passé quelques années

à Singapour où elle a commencé sa carrière dans la communication et passé 2 ans en tant qu’ambassadrice jeunesse pour ONU femmes. Depuis son retour en Europe, Sarah participe à différentes formes d’activisme liées au féminisme intersectionnel, à l’antiracisme et à « l’empowerment » des femmes noires. En 2018, elle coproduit « Vocal about it » : un podcast anglophone qui célèbre les femmes noires et femmes racisées en Europe, normalise leur présence et va à l’encontre des stéréotypes racistes et coloniaux.

Sarah a également interviewé pour divers institutions et médias des penseur•ses, artistes et acteur•rices sociaux•ales afro-descendant•es clé comme l’artiste Isaiah l-Lopaz, le philosophe et écrivain Norman Ajari et la coach Marie Dasylva.

Cécilia Kandonka : Parfait produit de la colonisation belge, si ce n’est que cette fois le père est noir, et la mère blanche, Cécilia Kankonda vient au monde et grandit entre les cultures belge et zaïroise (RDC). Si les sciences la passionnent, c’est pourtant vers l’art qu’elle se tourne en entamant des études de comédienne à l’IAD ainsi qu’une licence en sciences théâtrales à l’UCL.

Après avoir joué au Théâtre Isocèle, elle a l’opportunité d’intégrer l’équipe du metteur en scène Thierry Salmon avec lequel elle montera plusieurs pièces. Elle est membre fondatrice du groupe A cappella zap mama de 1990 à 1996, et joue régulièrement sur les scènes de théâtre belge.

Elle est membre du collectif Ishyo Art Center basé à Kigali, Rwanda et qui promeut la culture accessible à tou•tes dans nos pays africains. Elle crée avec Carole Karemera, directrice de ce centre, des spectacles dont notamment le dernier, « Murs-murs », pour lequel elle reçoit le Prix d’interprétation au festival de Carthage en 2019. Professeure de théâtre et voix à l’IAD, elle est actuellement en travail d’écriture radiophonique, et en répétition avec la compagnie As Palavras pour un spectacle qui s’intitulera « Après les troyennes », et qui se jouera au Varia en novembre 2020, et au Théâtre de Liège, en décembre 2020.

Amandine Nkeshimana :

Issue d'une famille de mélomanes, Amandine Nkeshimana joue du piano et chante dans des chœurs depuis l’âge de 5 ans. Après sa scolarité, elle entre au Koninklijk Conservatorium van Brussel. Amandine se produit autant comme pianiste ou chambriste que comme choriste dans des productions d’opéras et comme soprano soliste en oratorio, récitals ou dans des divertissements. Grâce à ces diverses compétences, Amandine Nkeshimana crée son premier spectacle « Tu chantais ? Eh bien, danse maintenant ! ». Un spectacle conte et musique qui remporte un vif succès à chaque prestation.

Musicienne mais également pédagogue, Amandine enseigne le piano au sein de l'ASBL « Cap sur la Musique » et collabore avec le service éducatif du Théâtre Royal de la Monnaie. elle participa activement à la formation de jeunes de tous milieux confondus.

«

Événement précédent
Carte blanche aux Midis de la Poésie

»

Prochain événement
Pierre Michon : Mille vies et un chemin - ANNULÉ